Histoire Hostalric

 

Hostalric est situé sur un ancien volcan entre la voie romaine et les gorges de la rivière Tordera. La situation stratégique du village et son emplacement dans une zone de passage démontrent que cela fait bien longtemps que l'homme a choisi de s'établir en ce lieu. La configuration géographique est identique à celles des villages ibères, et le village était traversé à l'époque romaine par une bifurcation de la Via Augusta.

Le nom d’Hostalric semble provenir d’une auberge (« hostal » en catalan) mentionnée dès le XIe siècle, mais ce n’est qu’en 1106 que le nom du village apparaît et en 1145, que le château est citéell.

En 1242, Jacques Ier dit le Conquérant autorise le vicomte de Cabrera à tenir un marché par semaine. Un an plus tard, le village reçoit la charte de peuplement afin de favoriser l’installation d’une population stable à proximité du château.

Bernard Ier de Cabrera est à l’origine de la première muraille du village. Avec ses descendants, Hostalric devient la capitale administrative des vastes territoires de la vicomté.

Les luttes féodales marquèrent la ville d’Hostalric. En 1462, la guerre des Remences (paysans vassaux) laissa son empreinte lorsque les habitants du village refusèrent d’ouvrir les portes aux troupes de la Generalitat qui, en coupant vignes et champs de blé, menaçaient de pénétrer par l’enceinte fortifiée.

On décida alors de moderniser les fortifications de la ville et Pendant la guerre des Segadors (faucheurs), on réalisa les premiers travaux de campagne, à partir de terre-pleins en terre et de palissades pour protéger le château et les murailles médiévales.

C’est lors de la guerre de Succession que commença la construction des ouvrages permanents destinés à faire de la forteresse d’Hostalric, un point névralgique du système de défense de l’armée de l’archiduc en Catalogne. Bien qu'il fût livré aux troupes de Philippe V en 1713, d'importants travaux de rénovation ont pris place au cours du XVIIIe siècle, transformant ainsi le lieu en une forteresse militaire, telle que nous pouvons l'admirer aujourd'hui.

Hostalric joua un grand rôle pendant la guerre d’Indépendance: elle contribua à l’approvisionnement pendant le siège de Gérone, mais gêna aussi le passage des troupes ennemies. C’est pour cette raison que les Français devaient s’en emparer. La ville fut mise à sac et incendiée le 7 novembre 1809 par une armée de 4000 hommes. Les Français brûlèrent tout le village et ses habitants durent fuir dans les villages voisins. En janvier 1810, les Français s’emparèrent de la ville et commencèrent le long siège du château. Après 4 mois et plus de 4000 bombes lancées, le colonel Estrada et toute la garnison disponible tentèrent de sauver leur vie en ouvrant un passage entre les lignes ennemies et s’échappèrent de la forteresse. Le lendemain, les Français s’installèrent. Le capitaine général de Catalogne remit une médaille d’or aux officiers de la garnison et une médaille d’argent à la troupe. Elle portait l’inscription suivante: «Valeur et fidélité constante, Hostalric, le 12 mai 1810».

Parmi les autres faits importants de ce siècle, citons le désamortissement du couvent des Minimes en 1835, l’arrivée des Carmélites de la Charité qui se chargeront de l’ancien hôpital et d’une école de filles en 1856, l’arrivée du train en 1860, la fête littéraire dédiée à Frederic Soler «Pitarra» en 1887, l’installation de l’électricité en 1895 et la construction de l’usine de bouchons Llensa la vila.

La Guerre civile commença avec l’incendie de l’église, mais la ville ne subit aucun bombardement. Pendant cette période, le château servit d’entrepôt de carburant et de munitions aux Républicains et après la guerre, de refuge et de logement à de nombreux passants. En juin 1939, la mairie ordonna de remplacer tous les panneaux écrits en catalan. Joan Guitart i Roca, surnommé «Sancho», fut maire de 1937 à 1939 jusqu’à sa mobilisation. En juillet de la même année, la répression franquiste le Gérone

En 1949, l’État vendit le château alors abandonné à la mairie pour 18500 pesetas. En 1967, elle lança les travaux de rénovation et en fit un restauranttaps Llensa.

C'est en 1963 qu'Hostalric fût déclaré Bien d'intérêt national (BCIN), une date qui a marqué le début de longs travaux continus de récupération, conservation et diffusion de son patrimoine architectural.